dimanche, juillet 14News That Matters

Peut-on installer une Tiny House sur son propre terrain ? Voici ce que dit la loi française !

Partage sur les réseaux !

Pouvez-vous dire bonjour à M. La Loi ?

Donc, vous voulez construire une Tiny House sur votre terrain, n’est-ce pas ? Eh bien, d’abord, bonjour ! Mais avant que nous ne sortions les confettis, abordons cette délicate question du rôle que joue la loi dans tout ça. Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas là pour gâcher la fête, bien au contraire. Alors, installons-nous confortablement et parlons de cette fameuse loi Alur, aussi appelée loi Duflot II en 2014. Oui, vous avez bien entendu, 2014. Cela fait presque 10 ans. On se fait vieux, n’est-ce pas ?
Revenons à nos moutons ou plutôt à nos Tiny Houses. Celles-ci ont trouvé une existence légale grâce à cette loi. Chaque commune peut maintenant délimiter sur son Plan Local d’Urbanisme (PLU) des terrains dédiés à ces habitats alternatifs, en zones urbaines comme naturelles ou agricoles. Pour une Tiny House fixe de moins de 20 m2, une déclaration préalable de travaux suffit. Si elle dépasse ce seuil, une demande de permis de construire est nécessaire. Pour une installation dépassant 3 mois (je ne parle pas de camping ici !), il faut aussi une déclaration préalable de travaux.

Un bureau ? Une salle de jeux ? Au delà des normes ?

Les Tiny Houses séduisent par leur polyvalence et leur aspect écologique. Elles peuvent être utilisées comme petit bureau cosy, salle de jeu pour enfants, et j’en passe. Chouette, non ? Toutefois, il est important de respecter certaines formalités en fonction de leur superficie et de leur durée d’installation. On ne fait pas la fête sans inviter M. Règlement !
Si la Tiny House est montée sur roues, elle est considérée comme une habitation mobile et ne requiert donc pas de permis de construire. Cependant, si elle doit être fixée, une déclaration préalable de travaux est nécessaire. Il faut aussi respecter quelques conditions pour assurer une installation durable et raccorder la maison aux réseaux de distribution d’eau, d’assainissement et d’électricité. Pour ce qui est de l’assurance, la tiny house doit être assurée à la fois comme un véhicule et comme une habitation.

D’une maison roulante à une maison sur roues

La réglementation française concernant les Tiny Houses, sous l’égide de la loi ALUR de 2014, est complexe et couvre plusieurs aspects, notamment la constructibilité, le stationnement et les assurances. Voici un résumé détaillé :

  1. Critères Généraux : Les Tiny Houses doivent être conçues de manière à ce que leurs composants ne soient pas inamovibles et puissent être installés et démontés sans l’intervention d’engins lourds. Les raccordements aux réseaux publics (eau, électricité, égouts) ne doivent pas impacter le budget des collectivités locales. L’usager est responsable de la propreté, de la salubrité, et de l’entretien de son habitat, incluant les mesures de prévention d’incendie​​.

  2. Zones de Stationnement : La loi ALUR facilite l’accès des habitats mobiles et démontables à certaines zones inconstructibles, indiquées dans les PLU (Plans Locaux d’Urbanisme) des communes. Toutefois, ces documents peuvent être obsolètes dans certaines communes, nécessitant alors de se référer à d’autres types de documents lors de la demande de stationnement​​.

  3. Dimensions et Poids : Les dimensions de la Tiny House doivent respecter certaines limites : une largeur maximale de 2,55 mètres (jusqu’à 3 mètres avec une autorisation spéciale), une longueur dépendant de la remorque (jusqu’à 12 mètres, avec une longueur totale véhicule-remorque n’excédant pas 18 mètres), et une hauteur théoriquement illimitée, mais soumise aux règles d’urbanisme locales. De plus, si la remorque excède 500 kg, elle doit être immatriculée et avoir sa propre carte grise​​​​.

  4. Stationnement sur Terrain Privé : Sur un terrain privé, une Tiny House peut rester jusqu’à 3 mois sans démarches administratives. Pour des périodes plus longues, une déclaration préalable de travaux est nécessaire. Il est également possible de stationner ces habitations sur des zones dédiées aux caravanes, bien que cela soit plus contraignant​​.

  5. Assurances : Il est indispensable de souscrire à une assurance habitation pour la Tiny House elle-même, ainsi qu’à une assurance de type caravane pour la remorque​​.

  6. Raccordement aux Réseaux Locaux : Pour l’eau et l’électricité, il suffit de brancher la Tiny House au compteur électrique du terrain et d’effectuer un raccordement en eau claire et grise​​.

En résumé, bien que les Tiny Houses offrent une flexibilité de logement, elles requièrent une attention particulière aux règlements locaux et nationaux pour assurer leur conformité légale.


Source(s):

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *